Ilôt-Pital

Du 4 janvier au 28 février 2017

Regards croisés de Corinne Couette Photographe et de Olivier Seguin Photographie Blaye Haute Gironde – David de Souza au collectage et au choix des textes.

Une collaboration Zinzoline / culture et santé / nous autres !

Les photographies de Corinne Couette et d’Olivier Seguin s’adressent d’abord aux patients, à leurs visiteurs et au personnel hospitalier. Mais leur propos dépasse le cadre de l’établissement.

Bercé par l’estuaire de la Gironde

C’était une grande bâtisse…
Pour moi, c’était comme un bateau, avec un équipage.
Il y avait toutes sortes de métiers.
On vivait en autarcie, mais on n’était pas malheureux, on se soignait ! C’est vrai, c’était un monde un peu fermé, il y avait un grand isolement… L’isolement insulaire !

Le texte ci-dessus pourrait s’appliquer à l’hôpital ; en fait, il s’agit de témoignages d’îlouts, ces anciens habitants des îles de l’estuaire.

Le centre hospitalier de la Haute-Gironde est implanté dans un bassin de vie bercé par l’eau. En 2015, dans le cadre de l’opération “Culture et santé”, huit artistes ont travaillé avec Zinzoline, sur ce thème de l’eau. Cela s’est traduit par l’exposition “EAU-PITAL” qui a circulé en Haute-Gironde durant toute l’année 2016.
Il suffit de déambuler dans les couloirs ou les chambres du côté ouest de l’hôpital pour admirer la vue sur l’estuaire est ses nombreuses îles. De l’extérieur, quand on remonte l’estuaire, après avoir laissé l’île de Patiras et l’île Nouvelle sur tribord, on découvre, à bâbord, ce “navire hospitalier” ancré sur la rive. La présence de l’estuaire et de ses îles s’impose

Dossier de presse Revue de presse