Recherche

L’activité de recherche doit être conçue comme un investissement. En permettant au Pôle de renforcer cette activité, les partenaires garantissent la possibilité de diversifier à très court terme l’offre de formations, de renforcer l’expertise de l’équipe de la SCIC et de contribuer au maintien du « temps d’avance » nécessaire pour l’activité d’une tête de réseau.

En partenariat avec les Universités, l’équipe du Pôle contribue à :

l’organisation de séminaires et colloques,

des publications,

des échanges interrégionaux et internationaux.

Pour mener à bien cette activité de recherche, nous recrutons une doctorante en CIFRE dès début 2017.

 

Focus

2 recherches : Quels changement dans les pratiques et Récupération professionnelle et bien-être au travail

 

Les projets artistiques et culturels dans les établissements sanitaires et médico- sociaux : Quels changements, ces expériences produisent-elles dans les pratiques et les organisations ?

Recherche portée par le Laboratoire de sociologie Émile Durkheim – Université de Bordeaux,
sous la direction de Françoise Liot

« Les protocoles d’accord signés entre Ministère de la culture et Ministère de la santé (en 1999 puis en 2010) ont conduit à initier, dans un très grand nombre de régions, des projets et des dispositifs originaux qui permettent une présence artistique à l’hôpital et dans les établissements médico-sociaux. Cette politique transversale apparaît comme une occasion d’expérimentation dans des politiques publiques traditionnellement cloisonnées (Henry, 2009), elle met en relation des acteurs aux objectifs professionnels, aux valeurs et aux pratiques totalement différents. Qui plus est, elle fait se connecter des mondes organisationnels qui se sont structurés selon leurs logiques propres. En créant des frottements entre ces pratiques, ces valeurs et ces modes différents de structuration, les projets à l’hôpital viennent souvent questionner les pratiques et les représentations de chaque catégorie d’acteur (conception du soin pour les soignants, rôle octroyé à la création pour les artistes…) mais également les fondements organisationnels de chacun des mondes (place du patient dans l’univers médical et médico social, logiques de diffusion artistique dans le monde de la culture). On se trouve face à des pratiques dont on peut faire l’hypothèse qu’elles ont la capacité de remettre en cause le fonctionnement de chaque monde et de produire des formes d’innovation.

Ce projet de recherche poursuit l’objectif de comprendre ce que ces projets font aux pratiques et aux modes d’organisation dans lesquels ils se mettent en place. Ce résumé présente la manière dont a été construite notre problématique et nos hypothèses en lien avec la transformation des organisations. Comment les projets traversent les organisations et font l’objet d’une appropriation par les acteurs à même de transformer leurs pratiques et de produire du changement. Il s’agit de considérer à la fois les effets des projets dans l’organisation du secteur culturel mais également dans les établissements de santé. Dans le monde de l’art et de la culture, les projets à l’hôpital interrogent le statut de l’oeuvre d’art et le processus de légitimation institutionnelle en vigueur mais aussi les objectifs assignés aux politiques publiques de la culture fortement emprunt d’une approche légitimiste et d’une conception de l’action « descendante ». La politique transversale culture et santé peut-elle contribuer à redéfinir la manière de penser le rapport de l’art, au public et au citoyen ? Peut-elle contribuer à extraire la question artistique de l’univers spécialisé dans lequel elle s’est cantonnée pour rejoindre les problématiques sociales actuelles ? Dans le secteur du soin, on peut penser que les projets artistiques et culturels offrent des moments de réflexivité sur les pratiques des personnels de santé et sur le vécu des patients en donnant à voir ces pratiques et ces expériences de vie. Mais au delà des pratiques individuelles, ils interrogent également les structures. En accueillant une présence extérieure et en ouvrant leur porte au regard des artistes, ils permettent de revisiter l’étanchéité des rôles entre praticiens et patients, de questionner et redéfinir les rapports sociaux au sein de l’hôpital, les modes de management et l’organisation même des services. Ils participent ainsi à promouvoir la démocratie sanitaire. »

Françoise Liot – pour le Centre Émile Durkheim

Articles publiés

Colloques et conférences

Culture & Musées, n° 26, 2016,
Entre les murs / Hors les murs. Culture et publics empêchés ?
Dossier dirigé par Delphine Saunier

La gazette Santé-Social, décembre 2016

en attente de publication

Dans la revue québécoise « Animation, territoires et pratiques socioculturelles »

Dans la revue québécoise « Lien social et politique »

Journée Formation et Echanges Culture et Santé en santé mentale :  Nouveaux enjeux pour le Patient, les Soignants et la Cité… > Le 20 mars 2015 – Cinéma LUX à Cadillac

Réseau International d’Animation VIIème Colloque International : Possibles scénarios de l’animation socioculturelle pour la transformation sociale > Les 28 et 30 octobre 2015 – Université Externado de Colombie à Bogota

Plateforme nationale Culture et Santé > Les 15 et 16 février 2016 – Molière-Scène d’Aquitaine à Bordeaux

Colloque franco-québécois : Essor de la vie culturelle au 21e siècle : politiques, interventions et initiatives > Du 26 au 28 avril 2016 – Musée québécois de culture populaire à Trois Rivières

La rencontre dans la création artistique organisée par Interstices > Le 29 septembre 2016 – ENSATT à Lyon

Colloque Art & Santé > Le 4 novembre 2016 – EHESP à Rennes

Conférence débat : L’Art dans les établissements de santé > Le 3 février 2017 – CHU à Angers

Projet Erasmus+ :  l’Instituto Politécnico de Lisboa- Escola Superior de Educação > Février 2017à Lisbonne

Détermination des conditions pré-requises pour que les Projets « Culture et Santé » soient source  de récupération professionnelle et améliorent le bien-être au travail des agents des secteurs sanitaire et médico-social

Recherche portée par le Laboratoire EA 4139 Psychologie de l’Université de Bordeaux dans le cadre d’une thèse conduite par Laure Valentin, en contrat CIFRE porté par le Pôle Culture et Santé Nouvelle-Aquitaine.

Ce projet de thèse porte sur la thématique de la récupération professionnelle et son effet sur le bien-être au travail, et plus en général sur la qualité de vie au travail, du personnel soignant.

La littérature scientifique traite la récupération professionnelle comme étant un facteur de bien-être au travail durant le temps hors travail. Néanmoins, elle met en avant que les effets positifs de la récupération sur le bien-être s’estompent rapidement et qu’il serait nécessaire de trouver d’autres sources de récupération. Pourtant les chercheurs ne se sont pas encore penchés sur la question de la récupération professionnelle sur le lieu de travail.

Ce projet de thèse se propose d’étudier l’effet des projets « Culture et Santé », réalisés pendant le temps de travail, sur la récupération professionnelle et le bien-être du personnel soignant.

Le projet de thèse

Directrice de thèse : Adalgisa Battistelli, Psychologie du travail et des organisations, Programme de recherche : « Transformation, innovation et inclusion au travail », Équipe : « Construction de l’individu en contexte »