« Le chemin de sa personne » à l’Institut Bergonié

L’Institut Bergonié s’engage aujourd’hui à réaffirmer la culture et à développer l’art en milieu hospitalier tout en prenant en compte la complexité des modes d’accès à partager autour des valeurs importantes qui régissent ce milieu. Situé en ville, l’Institut Bergonié vient de connaître plusieurs années de travaux. Sa nouvelle architecture, se greffant à des années d’assemblage, redistribue les cartes des circulations.

Le projet « le chemin de sa personne »

L’artiste Arnaud Théval et le collectif d’architectes Cancan, proposent une création à partir de l’existant pour permettre à l’ensemble de la communauté hospitalière de ne pas perdre le nord et de s’orienter en s’appuyant sur des signes hospitaliers liés à l’intime et aux paysages intérieurs.

Intitulé « le chemin de sa personne », ce projet s’inscrit pleinement au cœur de l’hôpital, en prenant la forme d’une œuvre colorée, lumineuse et imagée. Cette proposition artistique permettra d’appréhender les usages d’un lieu, sa dimension sociétale, fonctionnelle et symbolique. Elle souhaite favoriser l’émergence d’une nouvelle image de la structure dans sa relation de soin aux patients, afin qu’elle soit plus hospitalière, renforçant l’orientation du patient et des accompagnants et améliorer des espaces et des temps vécus à l’hôpital. Une complicité entre l’art, l’architecture et le soin, pour mettre en valeur le bien commun architectural existant, en le reliant à son avenir proche.

« Le chemin de sa personne » est le fruit d’échanges entre l’imaginaire des artistes et les récits des personnels et usagers de l’Institut. Les soignants, accompagnants et patients ont contribué à l’émergence de la première phase du projet. L’œuvre sera augmentée au fil du temps par de nouvelles contributions : collaboration avec divers partenaires culturels, pratiques artistiques d’amateurs, emprunts d’œuvres d’art dans des collections publiques et ramifications avec d’autres services de l’hôpital… L’idée est de proposer à chacun de se retrouver et de se réorienter à travers les dimensions à la fois symboliques et magiques des images constituées. Ce dispositif qui sous-tend un questionnement sur le rapport au temps et le piège de la vitesse auxquels sont confrontés à travers les mutations de l’hôpital les soignants et les patients, a pour objectif d’évoluer et de continuer à vivre au sein de l’institution en transformant un espace central de la vie des acteurs de l’hôpital.

Les points clés du projet

Le projet artistique et architectural cherche à instaurer une forme d’orientation, qui, connecté à la médiation hospitalière, crée un point d’appui visuel et fonctionnel. En requalifiant le centre de l’Institut à partir de ces passages abrités, il s’agit de construire cette nouvelle intimité au cœur de l’histoire même du projet. Elle invite à se repérer autour d’une place centrale, facilitant les circulations à la fois géographiquement mais également humainement.

Le projet rayonne et distribue les axes de circulation en prenant soin de rendre moins austères les coursives, en travaillant les passages entre les différents moments de la vie, en ralentissant l’urgence. Le projet s’axe autour de 4 lots-lieux :

L’Espace de Rencontres et d’Information qui, après un aménagement intérieur contribue à exprimer la façon dont on pense l’hospitalité aujourd’hui, en invitant tous les acteurs à prendre place dans le débat.

Un autre lieu, « le sablier inversé » prend en charge les axes allant à la salle de recueillement au dépositoire et celui allant de l’ERI au bâtiment d’hospitalisation par une reconnexion symbolique et esthétique de cette partie à la fois douloureuse et précieuse de la relation au soin de nos corps à l’ensemble.

L’espace nommé  » le passage du cœur battant » a pour objectif  d’amener à l’hôpital des actions, des images, des symboles, qu’on a l’habitude de voir ailleurs que dans l’hôpital afin de rendre vivant et de démystifier l’image que les gens se font du milieu hospitalier.

Pour « la place de l’Arc-en-ciel » l’idée est de créer de l’usage en proposant par exemple un banc sur la place pour permettre à tous ceux qui attendent leur consultation de pouvoir prendre le soleil, et d’y accrocher dans la même réflexion des images qui sont là pour questionner, pour interpeller, pour créer la discussion entre les personnes qui viennent à l’hôpital.

Les enjeux du projet

  • Mettre en place un projet artistique et symbolique, qui permet aux usagers de se repérer dans l’espace, favorisant ainsi l’apaisement et la déambulation des patients désorientés. Une œuvre d’art s’incrémentant au fil des années avec d’autres créations issues de collections publiques ou le fruit de créations amateurs dans l’hôpital.
  • Créer une atmosphère, une ambiance propice à l’accueil et au dialogue entre patients, famille et professionnels de santé. Une œuvre connectant l’hôpital à la ville par son espace public. L’hôpital s’ouvre par son ilot intérieur retravaillé par une installation d’art contemporain activant son espace public d’accueil

Une œuvre dont l’enjeu est son appropriation par l’hôpital : rendre accessible la culture artistique au sein de l’hôpital, rendre compréhensible les informations médicales par le biais d’un tout nouvel espace (l’ERI), créer une œuvre en capacité de traduire, valoriser et légitimer une démarche professionnelle globale.

En savoir plus sur le projet